Analyse psychologique d’un film de 8 secondes

74087E61 BD46 4F46 AEE5 77653E448C42
service
Partager

Partager cet article

ou copier le lien

Esra İnal, qui se présente dans le rôle principal de “8 Seconds”, un biopic dramatique sorti le 27 février 2015. Le film se concentre sur les thèmes de la liberté, de la différence, du pardon et du changement, et la vie difficile d’Esra İnal est traitée. « Nous vivons la vérité, nous nous rencontrons dans les rêves ! En accord avec le slogan, nous voyons quel genre de changements les rêves et leurs effets traumatisants provoquent dans notre vie quotidienne et dans notre monde de la psychologie. On voit que la relation subconscient-rêve est donnée dans le film, dont on dit qu’il est la projection de la réalité. En fait, les rêves sont l’expression de tout ce que nous avons vu et entendu dans notre passé.

Le film, qui soutient qu’une personne ne peut pas exister dans un endroit où elle n’est pas comme elle-même ; « Peut-on appeler un chat un oiseau ? Ou ne vole pas vers l’oiseau… » Il nous chuchote que nous devons accepter nos différences. De plus, l’auto-tromperie des règles sociales de la société; il dit que les traditions sont un état d’illusion et de restriction de la liberté. Sur cette base, on peut dire que l’identité d’Esra İnal est dominante selon l’approche freudienne.

Les peurs et les difficultés que vivent les gens nous permettent de surmonter plus facilement les obstacles que l’on croit insurmontables. Ils alimentent l’espoir des gens. Dans ce sens, de nombreuses scènes sont incluses dans le film. Nous le voyons également dans la scène du suicide d’Esra İnal. Le film résume les deux moments où l’on ressent son existence : l’un lorsqu’il tombe amoureux et l’autre lorsqu’il survit à la mort. C’est-à-dire que l’existence traite essentiellement l’agression, c’est-à-dire la mort. Associer la mort à l’existence est un autre reflet de l’approche freudienne dans le film.

Le film, qui déclare que de nombreuses personnes malheureuses veulent garder le silence sur la solitude ou la pression du voisinage, est un exemple de la “dominance du surmoi” de l’approche freudienne à cet égard. Mais il faut aussi savoir que les problèmes psychologiques que vivent les gens peuvent les amener à méconnaître leur environnement. En d’autres termes, les personnes malheureuses peuvent se taire parce qu’elles comprennent mal leur environnement.

Esra İnal, qui a été dans un hôpital psychiatrique pendant un certain temps, est un exemple d’opposition excessive à la société, c’est-à-dire d’utilisation intensive de l’identité. À cet égard, le soutien psychologique pour l’utilisation correcte du surmoi et de l’ID est très important. L’individu doit utiliser l’équilibre entre le plaisir avec son ego et la pression sociale et mettre l’ego au premier plan.

Nous sommes contraints à ce qu’on nous demande d’être. La société nous impose. Le concept de liberté a été endommagé. Comme l’a dit Shakespeare : Les lâches sont partis, la virilité est partie. Cependant, nous devons nous confier à nous-mêmes, pas aux autres.

Notre effort pour nous retrouver peut s’accomplir en descendant dans notre enfance et en l’intériorisant. Il ne faut pas oublier que nous n’avons que 8 secondes pour nous réconcilier avec nous-mêmes et nous pardonner. Ce sera plus bénéfique pour nous et pour la santé mentale et physique de la société si nous mettons la société de côté et révélons clairement notre potentiel intérieur.

0
mutlu
Content
0
_zg_n
Triste
0
sinirli
Fâché
0
_a_rm_
Étonné
0
vir_sl_
Infecté
Analyse psychologique d’un film de 8 secondes

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter entièrement gratuitement

Ne manquez pas l'occasion d'être informé des nouvelles actualités et évitez dès maintenant votre abonnement gratuit par e-mail.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous

Pour profiter des privilèges de Z Santé.fr - infos sur la santé, connectez-vous ou créez un compte dès maintenant, c'est entièrement gratuit !