Auto-évaluation de Freud et de la théorie de la personnalité

74087E61 BD46 4F46 AEE5 77653E448C42
service
Partager

Partager cet article

ou copier le lien

FREUD et la THÉORIE PSYCHANALYTIQUE DE LA PERSONNALITÉ
La théorie psychanalytique a été proposée par le neurologue australien Sigmund Freud du XXe siècle, largement connu notamment dans le domaine des sciences sociales et également connu par la culture populaire. La théorie affirme qu’une grande partie de ce que nous pensons et faisons est motivée par l’inconscient en tant que processus. Bien qu’il ne s’agisse pas de la méthode focale utilisée dans le conseil et la thérapie d’aujourd’hui, elle apparaît comme la théorie de la personnalité la plus complète et la plus efficace des théories qui ont été créées jusqu’à présent, surtout, abordant les sciences sociales et l’environnement intellectuel (Smith, Nole- Hoeksema, Fredrickson et Loftus, 2017). Freud était à l’origine un neurologue et se concentrait sur la guérison des personnes avec des techniques médicales connues. Cependant, avec l’échec de ces processus, il a commencé à utiliser la technique de l’hypnose. Par la suite, Freud, qui ne pouvait obtenir le résultat qu’il attendait de l’hypnose, demanda à ses patients d’exprimer tout ce qui leur passait par la tête, aussi absurde soit-il, avec la méthode de l’association libre. Avec cette méthode, il a rencontré des thèmes cohérents dans ses processus inconscients. Il a également vu des thèmes similaires dans son souvenir de rêves et de souvenirs de la petite enfance (Smith et al., 2017).

Modèles de personnalité
Lorsque les travaux de Freud ont été examinés, on a vu qu’il mettait l’accent sur deux modèles de personnalité différents, à savoir topographique et structurel. Dans les modèles ci-dessous, ces deux modèles de personnalité sont examinés.
1. Modèle de personnalité topographique
Freud a comparé l’esprit humain à un iceberg. Comme on peut le voir sur la figure ci-dessous, la petite partie au-dessus de l’eau représente la conscience et explique la conscience dans l’instant, tandis que la pré-conscience est l’information qui n’est pas consciente pour le moment mais peut être atteinte au moment où elle est un peu forcée. La plus grande partie de l’iceberg est le subconscient qui est sous l’eau. Ce sont nos souvenirs qui sont efficaces dans l’émergence de désirs et de comportements subconscients (Smith et al., 2017).

Freud avait compris que toutes les pensées, tous les sentiments et toutes les actions avaient une cause. Conformément à cette compréhension, il pense que chaque événement a une raison psychologique et attribue ces expériences à des satisfactions non atteintes et à des désirs inconscients. Il a même prédit que les rêves, les sarcasmes, les oublis et les lapsus, les actions interdites ou les désirs non satisfaits servent cette cause (Smith et al., 2017).
2. Modèle structurel de personnalité
Considérant que le modèle topographique de la personnalité est inadéquat et incomplet, Freud propose le modèle structurel de la personnalité. Selon ce modèle, comme on peut le voir sur la figure 1, on voit qu’il existe trois centres nommés id, ego et super ego. Ces trois centres sont toujours en interaction les uns avec les autres (Smith et al., 2017) Le ça est la partie la plus primitive de la personnalité. Il contient des désirs et de la luxure. Ce système est la pierre angulaire des deux autres systèmes. Il joue un rôle dans le maintien des activités vitales telles que manger et boire chez les nouveau-nés. Elle se nourrit de sexualité et d’agressivité et à la lumière du principe de plaisir.
continue d’exister. Cela inclut des expériences basées sur l’obtention immédiate de ce qu’il veut comme un enfant (Smith et al., 2017).
L’ego semble enseigner à l’enfant les conditions de la réalité. L’enfant, qui apprend qu’il ne peut pas procurer de satisfaction immédiate, plutôt que le principe de plaisir, comprend qu’il doit attendre pour manger, et qu’il doit tenir les toilettes jusqu’à ce qu’il aille aux toilettes pour répondre à ses besoins de toilette. Il attend que les bonnes conditions se produisent afin de réaliser la demande de l’identifiant. Le moi est une structure qui contrôle la pertinence des actions et est un mécanisme d’équilibre entre le ça et le surmoi (Smith et al., 2017). En regardant le surmoi, on voit qu’il contrôle la justesse des actions.
Il guide la personne à la lumière des valeurs sociales et agit comme intermédiaire dans la conduite de comportements consciencieusement justes. On peut dire qu’il s’agit d’une structure que les parents ou les soignants créent chez l’enfant avec la méthode récompense-punition. Ensuite, lorsque l’enfant fera un comportement, il comprendra si ce comportement est bon ou mauvais, et il fera ce comportement ou non. Dans ce cas, le rôle des parents dans la formation de la personnalité est indéniable. Pression excessive des parents, culpabilité de l’enfant
et peut conduire à l’agressivité. Considérant le contraire, il est prédit que l’enfant aura une vie avec des liens sociaux faibles (Smith et al., 2017). On voit que ces trois centres sont en conflit les uns avec les autres tout au long de la vie de l’individu. L’ego retarde l’était ; le surmoi combat à la fois le ça et le moi. Parce que tu étais et les souhaits de l’ego
s’oppose souvent aux enseignements moraux. Dans toute une personnalité, l’ego réussit à établir le contrôle et la proximité avec la réalité. L’ensemble du ça est au fond de l’iceberg, tandis que la plupart du moi et du surmoi sont au fond de l’iceberg (Smith et al., 2017).

Dynamique de la personnalité
un. Conservation de l’énergie et de la libido
Freud a étudié les travaux du physicien allemand Hermann von Helmholtz et a attiré son attention sur la “loi de conservation de l’énergie”. Selon cette loi, l’énergie est toujours présente dans l’univers et est cyclique. Avec ses études, Freud a souligné l’existence d’une énergie psychique appelée “libido”, qui est au centre du plaisir sexuel chez l’homme. Comme le stipule la loi de conservation de l’énergie, cette énergie chez l’homme est déguisée en raison d’actions interdites.
apparaît dans sa vie. Par exemple, la libido est préservée chez un individu qui essaie de réaliser le principe de l’agressivité en tant que boxeur. De même, les rêves peuvent être considérés comme l’un des principes les plus fondamentaux de ce déguisement (Smith et al., 2017).
b. Mécanismes de défense
L’individu qui évite d’accomplir le comportement interdit rencontre souvent de l’anxiété. Les personnes qui veulent réduire leur niveau d’anxiété évitent les punitions du surmoi et de la société et se concentrent sur le déguisement. En examinant ces méthodes de réduction de l’anxiété, Sigmund Freud et sa fille Anna Freud ont développé des mécanismes de défense (Smith et al., 2017).

Certains de ces mécanismes de défense sont les suivants (Smith et al., 2017).
 Suppression : suppression des souvenirs et des impulsions qui provoquent la peur et la douleur de la conscience
est le report.
 Rationalisation : logique et règles sociales de comportement
s’habiller de lumière.
 Créer une contre-réaction : En exprimant clairement une pensée opposée, il y a
cache le motif.
 Projection : Exprimer nos aversions comme s’il s’agissait des autres.
est de frapper.
 Mentalisation : En attribuant des situations extraordinaires abstraites à la situation stressante,
essayer de sortir de la situation.
 Déni : Ne pas accepter la douloureuse vérité.
 Déplacement : nous pouvons modifier un comportement dont nous ne pouvons prédire l’existence d’une autre manière.
est de révéler.
LA THÉORIE DU DÉVELOPPEMENT PSYCOSEXUEL
Freud croyait que la tranche d’âge 0-5 ans affecte toute la vie de l’individu. Il s’est concentré sur les régions du plaisir sexuel et sur la façon dont ces régions diffèrent à chaque phase du développement, appelée théorie du développement psychosexuel. Il a divisé le développement psychosexuel en cinq périodes (Smith et al., 2017). Freud a souligné qu’un problème à vivre dans ces périodes émergera dans le futur et que ces problèmes jouent un rôle actif dans la personnalité (Smith et al., 2017).
Période orale
Freud a appelé le début et la première année de la vie la période orale. Pendant cette période, le centre de plaisir du nourrisson est la bouche. Ils aiment manger et sucer, et ils prennent tout ce qu’ils obtiennent dans leur bouche (Smith et al., 2017).
Période anale
Freud a appelé la deuxième année de la vie la période anale. Pendant cette période, il y avait des croyances selon lesquelles les enfants aimaient déféquer et le tenir dans leurs mains. Ces plaisirs posent problème aux parents avant l’apprentissage de la propreté. L’imposition pendant l’apprentissage de la propreté est la première expérience de contrôle imposé de l’enfant (Smith et al., 2017).

Période phallique
Au cours de cette période, qui couvre les âges de 3 à 6 ans, les enfants aiment jouer avec leurs organes génitaux. Ils apprennent les différences entre les hommes et les femmes et orientent leur sexualité vers le parent de sexe opposé (Smith et al., 2017).
Freud pense que le garçon est sexuellement attiré par sa mère et voit son père comme un rival. Inspiré par la mythologie, il a appelé ce processus le conflit oedipien. Il craint que ses motivations sexuelles contre sa mère ne soient remarquées et punies par son père. Freud a appelé cette angoisse de castration. L’intérêt et les craintes de l’enfant disparaissent après un certain temps. Cependant, il exalte et intériorise les attitudes et les valeurs de son père. Similaire
et il est possible de voir un processus plus complexe chez les filles (Smith et al., 2017).
Periode de latence
Dans cette période, qui couvre les âges de 7 à 12 ans, l’enfant mène une vie non sexuelle et s’intéresse davantage à son propre corps. En même temps, il apprend les méthodes de survie et d’adaptation à l’environnement (Smith et al., 2017).
Période génitale
Cette période comprend la période de l’adolescence et de la jeunesse. C’est la période où l’âge adulte et la sexualité mûrissent (Smith et al., 2017).

Évaluation

Avec sa contribution à la psychologie et les méthodes qu’il a développées, Freud s’est imposé comme l’un des personnages les plus importants de l’histoire. Jusqu’au siècle dernier, les concepts de conscience et d’esprit, qui contiennent de nombreux points d’interrogation en termes d’humanité, ont d’abord été exprimés par Freud et ses théories à travers des études scientifiques au-delà des idées dogmatiques et ecclésiastiques. Freud, qui a fait ses études auprès de nombreux théoriciens, dans les derniers jours de sa profession.
Il s’efforça de développer ses théories. Et il a laissé derrière lui de nombreux scientifiques et théoriciens. Des théoriciens célèbres tels qu’Adler et Jung, en particulier sa fille Anna Freud, ont également été influencés par les théories de Freud et ont basé leurs études sur la théorie psychanalytique. Aujourd’hui encore, cette personnalité intellectuelle, connue de nombreux cercles, a sans aucun doute observé les problèmes de l’esprit humain et les problèmes de ce voyage. Il en a inspiré et guéri beaucoup grâce à ses méthodes. Même si certaines personnes critiquent gravement et fortement Freud, compte tenu de la période dans laquelle il a vécu et de sa contribution à la psychologie et à l’humanité, il deviendra clair à quel point ces critiques sont inutiles.

0
mutlu
Content
0
_zg_n
Triste
0
sinirli
Fâché
0
_a_rm_
Étonné
0
vir_sl_
Infecté
Auto-évaluation de Freud et de la théorie de la personnalité

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter entièrement gratuitement

Ne manquez pas l'occasion d'être informé des nouvelles actualités et évitez dès maintenant votre abonnement gratuit par e-mail.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous

Pour profiter des privilèges de Z Santé.fr - infos sur la santé, connectez-vous ou créez un compte dès maintenant, c'est entièrement gratuit !