La naissance psychologique du nourrisson humain – Margaret Mahler

74087E61 BD46 4F46 AEE5 77653E448C42
service
Partager

Partager cet article

ou copier le lien

Selon Mahler, la réussite des étapes de développement au cours des premières années de la vie entraîne la séparation et l’individuation. La séparation fait référence au processus interne de séparation mentale d’avec la mère, tandis que l’individuation fait référence à un concept de soi en évolution. Ceux-ci se développent en grande partie en fonction de l’attitude de la mère (sensibilité) envers l’enfant.

1. Stade autistique normal : (0-2 mois) Au tout début de la vie, le bébé se concentre principalement sur lui-même et ne s’intéresse pas aux stimuli externes. La mère est considérée comme une partie interne de l’enfant, dépourvue d’existence séparée. À ce stade, l’objectif principal est d’atteindre un état d’équilibre (homéostasie) sans comprendre que la satisfaction des besoins peut provenir d’une source externe. Pour le bébé, le désir hallucinatoire suffit. Sa « vague conscience » de l’objet initie la phase symbiotique.

2.Phase symbiotique normale : (2-4 mois) À ce stade, le nourrisson accepte vaguement la présence de la mère comme la principale source de satisfaction des besoins, et non comme une entité unique. La satisfaction des besoins physiologiques du nourrisson est étroitement liée aux désirs psychologiques et sert ainsi de base sur laquelle les relations futures seront formées. La capacité et la présence de la mère à s’adapter avec succès aux besoins du nourrisson sont cruciales pour une progression réussie à travers les stades ultérieurs. Durant cette période, la mère devient “Désir Psychologique”. Le fait de ne pas terminer cette étape avec succès (déviation extrême) peut entraîner le développement de caractéristiques “psychotiques” chez l’enfant.

3. Phase de séparation-individualisation : (5-30 mois) Dans cette phase finale, une transition importante a lieu dans les deux domaines qui se chevauchent. Dans la séparation, le nourrisson commence à comprendre les limites de soi, et ainsi la mère est de plus en plus considérée comme un individu. Pendant ce temps, l’individuation marque le développement d’un sens de soi. Il se compose de quatre sous-étapes :

3a : Différenciation : (3-8 mois) L’orientation principale du bébé commence à passer de l’orientation interne à l’orientation externe, bien que le point de référence principal reste la mère. Ce processus interne s’exprime par des événements importants du développement moteur, comme le fait de ramper, qui permettent une plus grande séparation physique. Le bébé devient de plus en plus intéressé à découvrir sa mère (par exemple, son apparence ou son odeur) plutôt que d’essayer de s’intégrer en symbiose avec la mère. Le statut social du sourire est d’une grande importance. Le développement de l’image corporelle est important.

3b : Exercice : (10-15 mois) Avec l’augmentation des fonctions autonomes, notamment la « marche », la capacité de séparation continue de se développer. Bien que l’enfant puisse explorer librement, il voit la mère dans son ensemble avec lui-même et explore donc son environnement à la distance la plus appropriée. (base de ravitaillement) L’expérience du monde qu’a l’enfant lorsqu’il l’explore est influencée par les réactions de la mère et sa volonté de l’apaiser lorsque les expériences peuvent être effrayantes ou douloureuses. Au cours de cette période, grâce au “développement de la capacité de connaître et du mouvement droit”, l’enfant expérimente l’état “d’aimer le monde”. Ici, mon narcissisme est à son comble. La marche fait un gros investissement libidinal dans la fonction autonome du moi. Pendant cette période, l’enfant semble indifférent à la mère et à la douleur de tomber, de se relever et de se cogner. Pendant cette période, l’enfant satisfait l’absence de la mère sous la forme d’un “assombrissement” (imaginer la mère dans le monde imaginaire et lui donner satisfaction).

3c : Reconvergence : (15-22 mois) Le narcissisme omnipotent, qui atteint son apogée dans la phase de pratique, commence à s’estomper avec le développement de la fonction cognitive du moi. À ce stade, le désir d’indépendance de l’enfant est éclipsé par la peur de l’abandon. Par conséquent, l’enfant essaie de rester proche de la mère tout en explorant. Cette étape est essentielle pour le développement d’un sens stable de soi. Cela comprend trois sous-étapes : • Début : L’enfant se tourne vers la mère pour partager ses expériences et son enthousiasme. La “sensibilité-accessibilité” de la mère est ici très importante. • Crise : L’enfant est conscient de ses limites face au désir d’être fort et autonome. L’enfant a du mal à choisir entre la proximité physique et émotionnelle ou l’indépendance vis-à-vis de la mère. Cette étape est caractérisée par des crises de colère et de l’impuissance, et donc le besoin de disponibilité émotionnelle de la mère augmente. En l’absence de sa mère, l’image de l’objet mère se divise en « bon et mauvais ». • Solution : L’enfant atteint un environnement sain entre les deux extrêmes, grâce au langage, au développement du surmoi et au pouvoir de s’exprimer par des jeux symboliques. Si la crise n’est pas bien résolue, il y aura une augmentation des comportements d’étreinte ou d’évitement.

3d : Constance de l’objet : (22-30 mois) La réussite de cette étape marque le développement d’un modèle mental intériorisé de la mère qui accompagne et soutient inconsciemment l’enfant même lorsqu’il est physiquement séparé. De plus, un sentiment d’individualité commence à se développer. Le degré d’ambivalence dans le modèle intériorisé implique la formation d’un concept de soi et d’une confiance en soi sains. La consolidation de l’identité de genre, le développement de la communication verbale, les tests de fantaisie et de réalité sont fournis. Le but de cette période; pour atteindre l’individualité et la permanence de l’objet tout au long de la vie. L’enfant psychotique n’a pas réussi à mettre en œuvre cette période.

ÉTATS MORAUX DE BASE : Fillette : Faible mobilité, défauts anatomiques (absence de pénis) prédisposent une fille à être déprimée. Il exprime son mécontentement d’avoir été trompé, blessé (castration) par la mère. Elle est exigeante, à double orientation vers la mère.

En 3ème année : L’envie du pénis est supprimée et dirigée vers la mère en changeant sa place. Girl : vit son conflit de pénis dans “Reintimacy” tandis que Boy : vit au stade phallique. L’enfant mâle ressent l’envie du pénis de l’enfant femelle comme la peur d’être avalé par la mère.

0
mutlu
Content
0
_zg_n
Triste
0
sinirli
Fâché
0
_a_rm_
Étonné
0
vir_sl_
Infecté
La naissance psychologique du nourrisson humain – Margaret Mahler

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter entièrement gratuitement

Ne manquez pas l'occasion d'être informé des nouvelles actualités et évitez dès maintenant votre abonnement gratuit par e-mail.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous

Pour profiter des privilèges de Z Santé.fr - infos sur la santé, connectez-vous ou créez un compte dès maintenant, c'est entièrement gratuit !