La relation entre la consommation de liquide et l’indice de qualité du sommeil de Pittsburgh

74087E61 BD46 4F46 AEE5 77653E448C42
service
Partager

Partager cet article

ou copier le lien

L’homme est un être qui a des besoins biologiques, psychologiques, sociaux et culturels. Être une personne en bonne santé physique et mentale dépend de la satisfaction de ces besoins fondamentaux. Le « sommeil », qui est l’un des besoins humains fondamentaux à satisfaire, est un besoin physiologique aussi important que la nutrition, la respiration et l’excrétion dans la vie humaine. Pour cette raison, le sommeil est considéré comme une variable importante de la santé, affectant la qualité de vie et le bien-être d’un individu (1). Dormir; C’est un processus naturel qui assure la conservation de l’énergie, le développement et la réparation du système nerveux chez l’homme ; Il est associé à de nombreux composants de la structure biologique, en particulier le système nerveux, qui contrôle l’éveil, les fonctions automatiques, le comportement, les fonctions cognitives et les mécanismes intracellulaires. (6) Le sommeil est un état de repos physique et mental dans lequel la personne est inactive et inconsciente de son environnement (2). Il s’agit d’un processus consistant en des périodes de sommeil à mouvements oculaires non rapides (NREM) et à mouvements oculaires rapides (REM). La durée de chaque cycle NREMREM chez l’homme est d’environ 90 minutes et se répète 4 à 6 fois par nuit (3). La plupart des adultes ont besoin de 7 à 8 heures de sommeil par jour (2). Mais le besoin de sommeil; Il peut varier en fonction de facteurs individuels et environnementaux tels que l’âge, le sexe, l’activité physique, les antécédents de maladie, l’état émotionnel, les habitudes de vie (4, 5). La disparition du cycle veille-sommeil affecte les fonctions du système nerveux central. Insomnie prolongée; Il provoque une détérioration du contrôle de la température corporelle, de la nutrition et du métabolisme, du système immunitaire et d’autres systèmes de régulation. (6) De nombreux facteurs affectent le sommeil. Ces; le sexe, l’âge, l’activité physique, les facteurs psychologiques, la consommation de drogues et la nutrition. L’eau visible/invisible contenue dans les boissons et les aliments, en particulier l’eau, est définie comme « liquide ». Les besoins quotidiens en liquide de l’individu sont satisfaits par l’eau contenue dans l’eau et les boissons qu’il boit et dans les aliments qu’il mange, ainsi que par l’eau formée au cours du métabolisme dans les processus oxydatifs du corps. La quantité d’eau dans le corps présente des différences individuelles selon l’âge, le sexe et la composition corporelle (quantité de graisse et de tissu musculaire). La teneur totale en eau corporelle diminue avec l’âge en raison de la diminution du liquide extracellulaire : (7) • 75 % du corps chez le nouveau-né (nouveau-né) • 60 à 70 % du corps chez l’adulte • 50 à 55 % du corps chez le personnes âgées est de l’eau. La durée et la qualité du sommeil sont d’une grande importance dans la vie quotidienne. Un sommeil insuffisant affecte négativement la vie quotidienne, les performances au travail, la concentration et la connexion entre eux. D’autres études sont nécessaires pour examiner la relation entre la consommation de liquide et la qualité du sommeil dans notre pays. Cette étude a été planifiée et menée pour déterminer la relation entre la consommation de liquide et la qualité du sommeil. 3 2. INFORMATIONS GÉNÉRALES 2.1. Sommeil 2.1.1. Définition du sommeil L’humain est un tout avec des besoins physiques, sociaux, émotionnels et intellectuels. Être une personne en bonne santé physique et mentale dépend de la satisfaction de ces besoins fondamentaux. Lorsque ces besoins fondamentaux de l’individu ne sont pas satisfaits, l’état de bien-être se détériore. Le sommeil est l’une des activités fondamentales et indispensables de la vie humaine, et c’est un besoin physiologique aussi important que manger, respirer et excréter. Pour cette raison, le sommeil est considéré comme une variable importante de la santé, affectant la qualité de vie et le bien-être de l’individu. (8) Sommeil ; En plus d’être un état d’inactivité qui permet à l’organisme de se reposer, c’est une période de régénération qui prépare tout l’organisme à la vie.C’est un processus naturel qui assure la conservation de l’énergie, le développement et la réparation du système nerveux chez l’homme ; Il est associé à de nombreux composants de la structure biologique, en particulier le système nerveux, qui contrôle l’éveil, les fonctions automatiques, le comportement, les fonctions cognitives et les mécanismes intracellulaires. (9) 2.1.2 Physiologie du sommeil De nombreuses régions cérébrales corticales et sous-corticales jouent un rôle dans l’initiation et le maintien du sommeil. Cependant, il est admis que ce sont principalement les entrées cycliques et les stimuli chimiques endogènes dans l’hypothalamus antérieur et le noyau préoptique ventrolatéral (VLPO) dans l’hypothalamus qui initient le sommeil. L’éveil fournit des stimuli orexinergiques de l’hypothalamus latéral, une activation cholinergique, noradrénergique et sérotoninergique accrue du tronc cérébral et des stimuli histaminergiques de l’hypothalamus postérieur. Leur diminution initie également le sommeil. Pendant la période de sommeil paradoxal, la libération de sérotonine et de noradrénaline est minime, pendant laquelle l’acétylcholine seule prédomine. Pendant la période de sommeil NREM, tous les neurorégulateurs sont libérés à de faibles niveaux (10,11). L’activation corticale causée par des stimuli excitateurs du tronc cérébral est considérée comme fournissant l’éveil. La principale source de ces impulsions provenant du tronc cérébral est le système d’activation réticulaire (SRA). RAS; Il relie les régions anatomiques qui jouent un rôle dans le sommeil telles que le thalamus, la partie médiane du cerveau antérieur, l’hypothalamus, le tegmentum, le noyau du raphé, le locus ceruleus, et ses composants sont essentiels à la création et au maintien du sommeil et à la création du sommeil. -états de veille. Il a été observé que ces stimuli, transmis du RAS au thalamus et du thalamus au cortex thalamocortical, maintiennent l’éveil, mais dans des études expérimentales dans lesquelles le RAS est détruit, une perte réversible de vigilance peut survenir. Pour cette raison, il est admis qu’il existe d’autres systèmes supplémentaires qui assurent l’éveil. Dans ce contexte, il a été rapporté que les noyaux cholinergiques basaux du cerveau antérieur et les neurones histaminergiques situés dans la partie rostrale du SRA contribuent à l’éveil (12,13) ​​2.1.3 Les étapes du sommeil Le sommeil se compose de deux parties principales et de cinq étapes . Il existe deux parties principales du cycle du sommeil, le mouvement oculaire non rapide (NREM) et le mouvement oculaire rapide (REM). 2.1.3.1.Sommeil sans mouvements oculaires rapides (NREM) Le sommeil NREM n’a pas de mouvements oculaires rapides ; relève du concept général de sommeil, dans lequel l’activité psychologique et physique diminue. Il survient dans les premières heures de sommeil et est un type de sommeil profond et réparateur. Le NREM est en outre divisé en 4 stades de sommeil dans les tracés EEG évalués visuellement (14). Stade I : C’est le stade de transition entre l’éveil complet et le sommeil. C’est la première étape du sommeil et le sommeil est léger. La personne peut être réveillée par le bruit, le toucher et d’autres stimuli sensoriels. La fréquence cardiaque, la température, la respiration et le métabolisme commencent à ralentir. Lors d’un sommeil normal, le stade 1 dure entre une demi-minute et 7 minutes. Il survient dans 4 à 5 % de la période de sommeil (15). Stade II : S’il n’y a pas de condition perturbatrice, immédiatement II. la phase passe. Il est plus profond que le stade I. L’individu s’est endormi. Le rythme cardiaque et respiratoire diminue progressivement. La température corporelle baisse. Le tonus musculaire continue de diminuer. Cette phase dure 10 à 20 minutes et couvre 40 à 50 % de tout le sommeil (16). Stade III : II. est plus profond que l’univers. Un stimulus plus fort est nécessaire pour réveiller l’individu endormi. En raison de l’effet du système nerveux parasympathique, la respiration est régulière, le rythme cardiaque est lent, les muscles sont détendus et la température corporelle est basse. La synthèse des protéines augmente. Cette phase dure 15 à 30 minutes et couvre 10 % de tout le sommeil. 5 Phase IV : C’est la phase de sommeil profond au cours de laquelle le corps se repose physiquement et les événements physiologiques se développent. Fréquence cardiaque, fréquence respiratoire et température corporelle diminuées, muscles détendus, métabolisme ralenti. À ce stade, des conditions telles que le ronflement, la parole sans signification pendant le sommeil, le somnambulisme et l’énurésie peuvent être observées. La somatotropine et l’hormone de croissance sont sécrétées. Encore une fois, le seuil d’éveil est élevé pendant cette phase. IV. stade dure 15-30 minutes et couvre 10% de tout le sommeil. 2.1.3.2.Sommeil à mouvements oculaires rapides (REM) Dans le sommeil paradoxal, des mouvements oculaires rapides sont observés dans les enregistrements d’électrooculographie (EOG). La fréquence cardiaque, la respiration, la pression artérielle et le métabolisme basal augmentent, la tête et le cou, le tonus musculo-squelettique et les réflexes tendineux profonds sont supprimés, la sécrétion gastrique augmente. Environ 90 minutes après le début du sommeil, la période NREM passe de la période REM. Pendant la nuit, une période REM se produit toutes les 90 à 100 minutes. La première période REM dure moins de 10 minutes, les suivantes durent de 15 à 40 minutes. Le sommeil NREM est plus intense dans la première moitié du sommeil et le sommeil REM dans la seconde moitié. La durée du sommeil paradoxal le matin peut aller jusqu’à 60 minutes. Bien que les rêves soient vus dans toutes les périodes de sommeil, 80% sont vus dans cette phase. Cette étape couvre 20 à 25% de l’univers entier. (16) 2.1.4.Fonctions du sommeil La principale fonction du sommeil est d’assurer que le corps se renouvelle et se prépare pour le lendemain. Non-REM III, qui est la première étape du sommeil. et IV. Dans les phases de repos physique, cette situation est étroitement liée à la santé du corps. Au cours de cette période, une augmentation de la sécrétion de l’hormone de croissance (GH) commence et, avec cette augmentation, la synthèse des protéines augmente également. Cependant, il y a un ralentissement du métabolisme, des activités physiologiques du système cardiovasculaire et du système respiratoire. En raison de ces changements, cette période est appelée la période anabolique. Tous ces changements aident le corps à se reposer et à régénérer les cellules. Dans la période REM, le repos spirituel a lieu. 6 Une nuit de sommeil paradoxal dure 1,5 à 2 heures au total. Réveiller une personne en sommeil paradoxal est plus difficile qu’en sommeil non-REM. Pendant cette période, les mouvements oculaires commencent et une perte de tonus (atonie) est observée dans les muscles squelettiques autres que les muscles respiratoires et oculaires. En raison de l’activation du système nerveux autonome, la fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire, la pression artérielle augmentent et deviennent irrégulières. Les rêves sont plus fréquents dans la période REM, et la personne se souvient du rêve lorsqu’elle se réveille. Pendant cette période, le métabolisme cérébral peut augmenter de 20 % (17). Sur la base de ces informations ; Le sommeil non paradoxal procure un repos physique, le sommeil paradoxal procure un repos spirituel, si la personne ne dort pas suffisamment en sommeil paradoxal, elle sera nerveuse et anxieuse pendant la journée. 2.1.5.Facteurs affectant le sommeil 1) Sexe : Le sommeil à ondes lentes et l’efficacité du sommeil diminuent davantage chez les hommes que chez les femmes. Cependant, bien que les femmes dorment plus que les hommes, elles ont plus de problèmes de sommeil. 2) L’âge : Avec l’augmentation du chagrin, la profondeur et la durée du sommeil sont affectées. Le taux de 1ère et 2ème période de sommeil augmente chez les personnes âgées. Alors que la 3ème période reste la même, la 4ème période de sommeil diminue avec l’âge entre 15 et 30 %. 3) L’activité physique : Elle provoque la fatigue et l’endormissement plus facilement. En cas de fatigue extrême, la première phase du sommeil paradoxal raccourcit, tandis que les phases REM commencent à s’allonger au fur et à mesure que vous vous reposez. L’activité physique chez les enfants augmente la température corporelle, prolongeant ainsi les phases NonREM 3 et 4, au cours desquelles l’hormone de croissance est davantage libérée. Chez les adultes, cela se traduit par une synthèse protéique maximale et une réparation des cellules du corps (18). 7 4) Consommation de drogues : Elle peut altérer la qualité du sommeil. Les sédatifs, les hypnotiques, les antidépresseurs et les amphétamines affectent le sommeil paradoxal. Les personnes qui utilisent des sédatifs subissent une perte de puissance de travail et une sensation de somnolence. Les hypnotiques peuvent entraîner une prolongation des phases de sommeil et de l’insomnie après l’arrêt du médicament. Les diurétiques, la digoxine et les bêta-bloquants peuvent provoquer des réveils fréquents. On sait que les médicaments (bêta-bloquants, stéroïdes, inhibiteurs de la calcineurine) utilisés régulièrement chez les insuffisants rénaux chroniques empêchent le sommeil (17). 5) Facteurs psychologiques : Les problèmes émotionnels tels que la tristesse, l’anxiété et la dépression perturbent les habitudes de sommeil. L’une des caractéristiques des personnes déprimées est qu’elles se réveillent très tôt le matin et ne peuvent plus dormir (19). 6) Nutrition : On sait que la consommation de certains aliments et boissons affecte le sommeil. La caféine est un stimulant et la consommation de boissons contenant de la caféine (café, thé, cola) rend le sommeil difficile. Une petite quantité d’alcool prise avant le coucher a un effet sédatif et facilite la transition vers le sommeil, tandis qu’une grande quantité d’alcool perturbe le sommeil paradoxal, réduisant la durée du sommeil et réduisant le sommeil profond. 2.1.6.Qualité du sommeil La qualité du sommeil est le sentiment qu’a l’individu de se sentir en forme, en forme et prêt pour la nouvelle journée après son réveil. qualité du sommeil; ainsi que des aspects quantitatifs du sommeil tels que la latence d’endormissement (temps d’endormissement), la durée du sommeil et le nombre de réveils par nuit ; Il comprend également des aspects subjectifs tels que la profondeur et le repos du sommeil. Troubles liés au sommeil chez 30 à 40 % des adultes ; Il a été rapporté que 15 à 35 % d’entre eux présentent des troubles liés à la qualité du sommeil (20). Lorsque la qualité du sommeil est médiocre qualitativement et quantitativement, des troubles de l’attention/mémoire, une labilité émotionnelle et même des hallucinations et des délires peuvent être observés ; l’efficacité de travail normale diminue; La sévérité de ces symptômes peut augmenter avec les changements chronobiologiques (21). 2.2. Boissons 2.2.1. Lait et produits laitiers Les principales institutions et organisations des pays des lingettes humides au lait ont établi leurs propres définitions des lingettes au lait. Par exemple, le lait de l’Institut turc des normes (TSE); Il le définit comme «un liquide visqueux de couleur blanche ou crème, qui est sécrété par les glandes mammaires du maïs, des moutons, des chèvres et des buffles, a son propre goût, son odeur et sa consistance, non mélangé avec d’autres substances et non extrait de la nourriture. » (22). Lait de sse du Codex alimentaire turc ; Il est défini comme « une sécrétion de la glande mammaire, à l’exclusion du colostrum, obtenue par la traite de lait cru, de bsr ou de plusieurs snacks, de chèvre, de mouton ou de buffle, qui n’est pas chauffée au-dessus de 40°C ou a un effet équivalent, et n’a été traitée avec aucun composter » (23). Définition du lait en général dans la technologie laitière ; “Produit qui est trait du pis de l’animal à intervalles réguliers et complètement, puis refroidi, dont aucun compost n’est prélevé sur le pis de l’animal ou dont aucun compost n’est pris en esclavage, accepté dans les laiteries pour transformation et fabriqué sous une forme qui n’a subi aucun traitement de compostage préalable » (24). Le lait cru diffère de son lait en termes d’espèces et de propriétés, et le lait sécrété par chaque mammifère est le lait le plus adapté à sa progéniture (25). Des études ont montré que; « Le lait d’Ysné est le seul aliment qui pourra nourrir le bébé lui-même ou répondre aux besoins énergétiques, complets et mnésiques dont il a besoin jusqu’à la période où il devra commencer une alimentation complémentaire » (26). Lorsque les échantillons de lait prélevés sur les mères de la progéniture de différentes espèces ont également été examinés, il a été constaté que les composants du sçerssndex du lait différaient selon les sregs et que la sécrétion de lait était régulée de la manière la plus appropriée en fonction de la stigmatisation du chiot (26). 9 Variété de laits animaux (100 gr.) (27) « Surtout pendant l’enfance, la grossesse-allaitement et les périodes de vieillesse, le lait, qui est une source de nutriments, est important en termes de santé, de croissance, de développement, de réduction du système immunitaire , la tension artérielle et le cancer. est protecteur dans » (28). On dit que “Seul l’approvisionnement en lait est capable de subvenir à lui seul à tous les besoins du vivant en termes de nutriments consommés” (29). La structure du lait et de ses éléments, “peut différer selon le type d’animal qui est trait, et la lie de lait lspsd, etc. Stlers l’ont aussi dans leurs options” (30). Ici, tous ces composants deviennent riches en éléments nutritionnels du lait (31). Le principal glucide de toutes les variétés de lait est le lactose (32). Le lactose, qui est également absorbé sous forme de sucre du lait, se trouve dans le lait naturel et est formé par l’absorption de glucose et de galactose (32). La teneur en lactose de la texture laitière varie entre 4,4% et 5,2% selon le type de lait (moyenne 4,7%). “Le lactose est une source d’énergie ainsi que le galactose dans sa structure, qui fournit également la source de glycérols dans le tissu cérébral” et cette caractéristique prend de l’importance en particulier chez les vaches âgées (33 Milk lspsdlers; lait chloroforme, benzène et éther glycérols solubles dans le chloroforme , benzène et éther glycérols34).Le composant principal considéré comme « matière grasse du lait » constitue 97 à 98 % des sse trsglssersdlerdsr et lspsdlers. En raison de ses propriétés physiques, la matière grasse du lait affecte positivement la structure des produits laitiers et des huiles essentielles, des graisses moyennes, etc. sndsrsmsnsn facile Il est important sur le plan de la physiologie nutritionnelle en raison de sa présence et de l’énergie qu’il apporte (33,34).schermess et température corporelle Du fait qu’il est dissous, il est recommandé de le consommer dans les pays développés ». Matière grasse du lait ; « En plus d’affecter l’apparence, le goût, la saveur et la durabilité du lait ; les fournisseurs d’huiles essentielles, les fournisseurs d’huiles essentielles et les sources d’énergie constituent également la source ». Lait; «trsglsserstler (97–98%), phospholipides (0,2–1,0%), stérols libres (0,22–0,41%), cholestérol, cires, etc.), asstlers de graisses libres, esters dans l’huile vstamsns (A, D, E, K ), 400 Il propose plus de 1 000 différents types d’huile et dérivés d’huile ». “Dsglsserst (environ 2 % de la fraction lspsd), cholestérol (moins de 0,5 %), phosphospsds (environ 1 %) et asstlersds de graisses libres qui peuvent être comptés comme moins de 0,5 % des lspsdlers totaux du lait” Augmentation des niveaux d’assds de graisses libres dans lait et Il peut provoquer une saveur indésirable (hors saveur) dans les produits laitiers et peut contribuer aux saveurs caractéristiques des extraits d’huile de chaux courte non volatile et des fromages affinés (36). L’huile asstlersnsnsnsnsnsnsnss à la santé fait également l’objet de nombreuses recherches.

0
mutlu
Content
0
_zg_n
Triste
0
sinirli
Fâché
0
_a_rm_
Étonné
0
vir_sl_
Infecté
La relation entre la consommation de liquide et l’indice de qualité du sommeil de Pittsburgh

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter entièrement gratuitement

Ne manquez pas l'occasion d'être informé des nouvelles actualités et évitez dès maintenant votre abonnement gratuit par e-mail.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous

Pour profiter des privilèges de Z Santé.fr - infos sur la santé, connectez-vous ou créez un compte dès maintenant, c'est entièrement gratuit !