Résultat du retraitement canalaire en une ou deux visites pour les dents présentant des lésions périapicales : un essai clinique randomisé

74087E61 BD46 4F46 AEE5 77653E448C42
service
Partager

Partager cet article

ou copier le lien

Résultat du retraitement canalaire en une ou deux visites pour les dents présentant des lésions périapicales : un essai clinique randomisé Fulya Karaoğlan | Seniha Miçooğulları Kurt | Mehmet Kemal Çalışkan © 2022 International Endodontic Journal. Publié par John Wiley & Sons Ltd. Département d’endodontie, Faculté de médecine dentaire, Université Ege, Izmir, Turquie Correspondance Seniha Miçooğulları Kurt, Département d’endodontologie, École de médecine dentaire, Université Ege, 35040, Bornova, Izmir, Turquie. Courriel : [email protected] Résumé Objectif : Le but de l’étude était d’évaluer les résultats cliniques et radiographiques d’un retraitement canalaire en une seule visite et de comparer les résultats avec un retraitement canalaire conventionnel en deux visites comme groupe témoin. Méthodologie : Cent dents asymptomatiques à racine unique, traitées de manière canalaire et présentant une lésion périapicale, ont été retraitées par un seul opérateur. Cinquante dents ont été assignées au hasard au groupe à visite unique et les autres ont été traitées en deux visites. Dans les deux groupes, le matériau d’obturation du canal radiculaire a été retiré et la réinstrumentation du canal radiculaire a été réalisée en utilisant une technique de recul avec des limes manuelles utilisant 2,5 % de NaOCl et 5 % d’EDTA comme irrigants. Dans le groupe à visite unique, 5 ml de chlorhexidine à 2 % (CHX) ont été appliqués comme irrigation finale et dans le groupe à deux visites, une pâte d’hydroxyde de calcium a été placée dans le canal radiculaire comme pansement entre les rendez-vous. Toutes les obturations canalaires ont été réalisées avec compactage latéral. Tous les patients ont été suivis pendant 24 mois. Le succès était déterminé en fonction à la fois des cas guéris et des cas en voie de guérison. Le test du chi carré ou test exact de Fisher a été utilisé pour analyser les différences entre les groupes en termes de taux de réussite et de facteurs affectant les résultats. Résultats : Le taux de rappel était de 89 (89 %). À 24 mois, 39 dents (88,6 %) ont été considérées comme cicatrisées, trois dents (6,8 %) comme cicatrisantes et deux dents (4,5 %) ont été identifiées comme défaillantes dans le groupe à une seule visite, tandis que dans le groupe à deux visites, 39 dents (86,7 %) avaient guéri, deux dents (4,4 %) étaient considérées comme cicatrisantes et quatre dents (8,9 %) comme étant en échec. Il n’y avait pas de différence statistiquement significative dans les taux de réussite entre les deux groupes (p > 0,05). La taille de la lésion et la longueur préopératoire de l’obturation canalaire ont eu un impact statistiquement significatif sur le résultat (p.05). Des radiographies périapicales représentatives de deux cas appartenant à des groupes à une et deux visites sont présentées dans la Figure 2. Une défaillance a été observée sur deux dents (4,5 %) traitées en une seule visite, dont une a été extraite avec un suspect de fracture radiculaire verticale et la L’autre était cliniquement asymptomatique, mais le score PAI n’avait pas changé au cours des périodes de suivi. En revanche, le taux d’échec était de 8,9 % (quatre dents) dans le groupe de deux visites, dont une avait un trajet sinusal et les trois autres dents étaient cliniquement asymptomatiques, mais le score PAI n’avait pas diminué. Pour les dents présentant de grandes lésions périapicales, le taux de réussite était significativement inférieur à celui des dents présentant de petites lésions (p35 46 21 (47,7) 25 (55,6) Sexe Femme 60 32 (72,7) 28 (62,2) 1,118 ,290 Homme 29 12 (27,3) 17 (37,8) Emplacement de la dent Maxillaire 63 34 (77,3) 29 (64,4) 1,77 ,183 Mandibule 26 10 (22,7) 16 (35,6) Taille de la lésion préopératoire (mm) 2–5,9 50 25 (56,8) 25 (55,6) 0,014 . 904 6–10 39 19 (43,2) 20 (44,4) Longueur préopératoire du remplissage radiculaire Court 45 25 (56,8) 20 (44,4) 1,945 0,378 Adéquat 40 18 (40,9) 22 (48,9) Long 4 1 (2,3) 3 (6,7 ) ) Densité préopératoire du remplissage radiculaire Faible 63 31 (70,5) 32 (71,1) 0,005 0,946 Bonne 26 13 (29,5) 13 (28,9) Post-opératoire Absent 74 36 (81,8) 38 (84,4) 0,109 0,741 Présent 15 8 (18,2) 7 (15,6) Restauration coronale Composite 62 27 (61,4) 35 (77,8) 2,836 ,092 Couronne 27 17 (38,6) 10 (22,2) TABLEAU 1 Répartition des facteurs préopératoires et peropératoires pertinents dans les deux groupes de traitement TABLEAU 2 Proportion de dents guéries, cicatrisantes et fKARAOĞLAN et al. 839 canaux radiculaires de forme ovale (Peters et al., 2001). Compte tenu des morphologies canalaires et du diamètre apical des dents incluses dans la présente étude, des limes manuelles ont été utilisées pour retirer les obturations canalaires existantes et pour la réinstrumentation des canaux radiculaires. Le résultat des dents qui nécessitent un retraitement canalaire est difficile, et le taux de réussite du retraitement canalaire en une seule visite peut différer de celui du traitement canalaire primaire en raison du matériau d’obturation canalaire précédent qui élimine les bactéries et les médiateurs inflammatoires. … difficile (Imura et al., 2000). De plus, il a été rapporté que la diversité des micro-organismes dans les dents traitées par canal radiculaire est différente de celle dans les canaux radiculaires principalement infectés, et que les micro-organismes résistants tels que FIGURE 2 Radiographies périapicales représentatives de (a, b) cas de retraitement canalaire en une seule visite et (c, d) cas de retraitement canalaire en deux visites. (a, c) Radiographies préopératoires et (b, d) Radiographies de suivi à 24 mois montrant la résolution des lésions périapicales. (a) (b) (c) (d) n Guérison n (%) Guérison n (%) Échec n (%) Valeur p Facteurs préopératoires Taille de la lésion préopératoire (mm) 2–5,9 50 50 (100) 0 (0) 0 (0) < 0,001 6–10 39 28 (71,8) 5 (12,8) 6 (15,4) Longueur préopératoire de l’obturation radiculaire Court 45 41 (91,1) 1 (2,2) 3 (6,7) 0,025 Adéquat 40 35 (87,5) 4 (10) 1 (2,5) Long 4 2 (50) 0 (0) 2 (50) TABLEAU 3 Effet des facteurs préopératoires sur le résultat du retraitement canalaire 13652591, 2022, 8, téléchargé de https://onlinelibrary.wiley .com/doi/10.1111/iej.13758 par Ege University, Wiley Online Library le [28/07/2023]. Consultez les conditions générales (https://onlinelibrary.wiley.com/terms-and-conditions) sur la bibliothèque en ligne Wiley pour connaître les règles d’utilisation ; Les articles OA sont régis par la licence Creative Commons 840 | RETRAITEMENT CANALAIRE EN UNE OU DEUX VISITES, car E. faecalis peut jouer un rôle important dans les cas nécessitant un retraitement canalaire (Gomes et al., 2008; Siqueira Jr & Rôcas, 2008; Sundqvist et al., 1998). Pour assurer une désinfection optimale, notamment lors du retraitement canalaire en une seule visite (Siqueira Jr & Rôças, 2011), il est recommandé d’irriguer les canaux radiculaires avec de l’EDTA et du NaOCl, puis d’utiliser du CHX, un agent bisguanide à large spectre antimicrobien efficace contre les bactéries anaérobies. et des bactéries aérobies, des champignons et des virus lipophiles, comme irrigation finale (Zamany et al., 2003 ; Zehnder, 2006). À la lumière de ces informations, dans le groupe à visite unique de la présente étude, les canaux radiculaires ont été irrigués avec une solution de CHX à 2 % et maintenus dans le canal radiculaire pendant 2 minutes avant l’obturation pour assurer le contact avec les parois du canal. CH a été utilisé comme médicament intracanalaire dans le groupe témoin à deux visites. Dans la présente étude, au rappel du 24ème mois, 88,6 % des cas dans le groupe à visite unique et 86,7 % dans le groupe à deux visites étaient complètement guéris, et le taux de guérison était de 6,8 % et 4,4 % dans le groupe à visite unique. groupe de visite, visite et deux groupes de visite, respectivement. Des taux de réussite cumulés assez élevés ont été observés pour les deux groupes (visite unique 95,4 % ; deux visites 91,1 %) y compris les cas de guérison qui n’ont montré aucun symptôme clinique au cours de la période de suivi de 24 mois, avec une réduction radiographique de la taille des lésions acceptée comme succès Dans des études similaires examinant les résultats de retraitements canalaires en une ou deux visites, He et al. (2017) ont examiné le succès des retraitements canalaires en deux visites sur les premières molaires et le taux de réussite cumulé a été déterminé à 90,4 %. Zandi et coll. (2019) ont comparé l’utilisation de NaOCl et de CHX dans le retraitement canalaire à plusieurs visites et ont rapporté un taux de guérison complète de 81 % dans le groupe NaOCl et de 82 % dans le groupe CHX. Zhang et coll. (2021) ont rapporté que 75,9 % de guérison complète s’est produite dans leur étude, dans laquelle ils ont évalué la guérison des lésions périapicales par CBCT à la 4e année après un retraitement canalaire à plusieurs visites. D’un autre côté, Ashraf et al. (2007) ont évalué les taux de réussite des retraits canalaires en une seule visite et ont rapporté que les dents asymptomatiques peuvent être retraitées en une seule visite avec des taux de réussite élevés (84,9 %). De plus, Eyuboglu et al. (2017) ont rapporté un taux de réussite élevé (90,4 %) des retraitements réalisés en une seule visite sur les dents présentant des lésions périapicales. Bien que l’irrigation au CHX soit recommandée pour assurer une désinfection optimale, en particulier lors du retraitement canalaire en une seule visite (Siqueira Jr & Rôças, 2011), le CHX n’a ​​été utilisé comme irrigation finale dans aucune des études mentionnées ci-dessus. Cependant, nous avons utilisé le CHX dans le groupe de retraitement en une seule visite dans la présente enquête, ce qui peut avoir un effet positif sur la désinfection des canaux radiculaires. De plus, dans la présente étude, seules les dents à racine unique diagnostiquées comme une parodontite apicale asymptomatique ont été incluses. Les taux de réussite élevés des deux groupes de la présente étude peuvent s’expliquer par l’exclusion des dents multi-radiculaires avec une anatomie canalaire plus complexe, l’inclusion de dents asymptomatiques et l’utilisation de CHX en plus de procédures biomécaniques adéquates pour augmenter l’effet antimicrobien et la succès du retraitement canalaire en une seule visite. Dans la présente étude, l’effet de l’âge et du sexe des patients sur le succès n’a pas été évalué car il avait été rapporté précédemment que ces facteurs n’avaient aucun effet sur le succès du retraitement canalaire (Ng et al., 2011 ; Zhang et al. , 2021). La taille préopératoire de la lésion et le niveau apical du remplissage canalaire initial ont été évalués et ont affecté le résultat du retraitement canalaire. Ces dernières années, bien que certaines études prospectives aient souligné que le nombre de bactéries était significativement plus élevé dans les grandes lésions que dans les petites (Zandi et al., 2019), il a été rapporté que la taille des lésions n’avait aucun effet sur le succès du traitement (He ). et al., 2017 ; Zandi et al., 2019 ; Zhang et al., 2021). D’autre part, comme dans la présente étude, il a été affirmé que les lésions importantes réduisent les chances de succès (Barone et al., 2010 ; Bergenholtz et al., 1979 ; Calıskan, 2005 ; Eyuboglu et al., 2017 ; Ng et al., 2011 ; Sjögren et al., 1990 ; Sundqvist et al., 1998) et ce résultat pourrait être attribué à la grande diversité bactérienne des grandes lésions périapicales, qui nuisait à la cicatrisation biologique (Sundqvist, 1976). Dans la littérature, les taux de réussite des dents présentant des lésions périapicales de plus de 5 mm seraient compris entre 38 et 80 % (Calıskan, 2005 ; Eyuboglu et al., 2017 ; Sjögren et al., 1990). Cependant, dans la plupart de ces études, aucune limite supérieure pour les grands périapicals n’a été rapportée. Sjögren et coll. (1990) ont rapporté un taux de réussite de 38 % après un traitement de canal sur des dents présentant de grandes lésions périapicales. Bien que le nombre de dents présentant des lésions périapicales de plus de 5 mm évaluées dans cette étude soit assez faible (13 dents) et qu’aucune limite supérieure n’ait été spécifiée pour la taille des lésions, ce taux de réussite extrêmement faible (38 %) a été une référence aux chercheurs rapportant un taux de réussite plus élevé en chirurgie endodontique par rapport au retraitement canalaire (Danin et al., 1996). Seul Calıskan (2005) a rapporté une limite supérieure (11 mm) pour les grandes lésions périapicales, et après une période de suivi de 2 à 8 ans, ils ont rapporté un taux de réussite de 73,5 %, inférieur au taux de réussite pour les dents présentant de petites lésions. Bien qu’il existe des études prospectives rapportant que le niveau apical de l’obturation canalaire n’a aucun effet sur le succès (Al-Nuaimi et al., 2017 ; Sundqvist et al., 1998 ; Zhang et al., 2021), il existe également des études rapportant que c’est le cas (de Chevigny et al., 2008 ; Farzaneh et al., 2004 ; Ng et al., 2011). Zandi et coll. (2019) ont signalé un taux de réussite plus élevé lorsque la longueur de l’obturation canalaire pouvait être améliorée pendant le retraitement. De plus, il a été rapporté que le succès du retraitement canalaire diminue pour chaque millimètre laissé sans instrumentation à l’extrémité apicale (Ng et al., 2011). En revanche, Olcay et al. (2019) ont signalé que le niveau initial de remplissage du canal radiculaire n’avait pas atteint 13652591, 2022, 8, téléchargé depuis https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/iej.13758 par Ege University, Wiley Online Library le [28/07 /2023]. Consultez les conditions générales (https://onlinelibrary.wiley.com/terms-and-conditions) sur la bibliothèque en ligne Wiley pour connaître les règles d’utilisation ; Les articles OA sont régis par la licence Creative Commons applicable | KARAOĞLAN et al. 841 ont un effet significatif sur le taux de réussite du retraitement canalaire. Cependant, dans la présente étude, l’analyse statistique a montré que le taux de réussite du retraitement canalaire était considérablement réduit pour les dents présentant des obturations radiculaires initialement trop étendues. Dans des conditions cliniques, bien que l’examen radiographique démontre l’absence de tout matériau d’obturation résiduel, les bactéries restant dans la région apicale du canal radiculaire et une infection extraradiculaire résiduelle peuvent provoquer une inflammation périapicale persistante et réduire le taux de réussite du retraitement canalaire (Fukushima et al., 1990) puisque les micro-organismes présents dans les tissus périradiculaires ne peuvent pas être atteints par le processus de désinfection du canal radiculaire (Siqueira Jr, 2001). Il convient de noter que le nombre de cas surchargés est assez faible dans la présente étude. Par conséquent, sur le plan clinique, il ne serait pas exact de généraliser ces résultats à tous les cas de retraitement et l’inclusion de dents présentant un petit nombre d’obturations canalaires trop étendues peut constituer une limite de cette étude. De plus, comme il n’existait aucune étude comparant les résultats du retraitement canalaire en une seule visite et en plusieurs visites, les données de deux études publiées distinctes [50,7 % pour une seule visite (Ashraf et al., 2007) et 81,6 % pour deux visites ( Ng et al., 2011)] ont été utilisés pour l’analyse de puissance. Le calcul a été effectué pour la capacité de détecter des différences supérieures à 30 % entre les traitements à 1 visite et à 2 visites, et un total de 100 patients, contenant 50 patients dans chaque groupe, ont été utilisés selon le calcul de puissance. Même si la taille de notre échantillon était comparable à des études cliniques de haute qualité de nature similaire (Miçooğullari Kurt & Calıskan, 2018 ; Molander et al., 2007 ; Peters & Wesselink, 2002 ; Zandi et al., 2019), une taille d’échantillon plus grande peut être plus approprié pour détecter l’importance d’une petite différence entre les groupes (Sakpal, 2010). Néanmoins, cette limitation de la présente étude sera compensée par de futurs essais contrôlés randomisés avec des échantillons de plus grande taille et contribuera à fournir une conclusion solide sur les effets du nombre de visites sur le résultat du retraitement canalaire. CONCLUSION Dans les limites de la présente étude, des taux de réussite similaires ont été observés lors du retraitement canalaire en une seule visite (88,6 %) et en deux visites (86,7 %) sur des dents asymptomatiques présentant des lésions périapicales. La taille de la lésion périapicale et le niveau apical initial du remplissage canalaire ont affecté le résultat du retraitement canalaire. REMERCIEMENTS Les auteurs tiennent à remercier le Prof. Dr. Pelin Güneri et le Prof. Dr. Michael Hulsmann pour leurs précieuses contributions à l’étude. CONFLIT D’INTÉRÊTS Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêts. APPROBATION ÉTHIQUE Cette étude clinique a été réalisée sous l’approbation du comité d’éthique de l’Université d’Ege, Faculté de médecine et conformément aux principes d’Helsinki (version 2008). CONTRIBUTIONS DES AUTEURS Fulya Karaoğlan : Conceptualisation, Méthodologie, Enquête, Rédaction – Préparation du projet original. Seniha Miçooğulları Kurt : conceptualisation, conservation des données, rédaction, révision et édition. Mehmet Kemal Çalışkan : Conceptualisation, Méthodologie, Supervision, Administration du projet DÉCLARATION DE DISPONIBILITÉ DES DONNÉES Données disponibles sur demande auprès des auteurs ORCID Seniha Miçooğulları Kurt https://orcid. org/0000-0001-7843-5686 Mehmet Kemal Çalışkan https://orcid. org/0000-0002-6714-4282 RÉFÉRENCES Al-Nuaimi, N., Patel, S., Austin, RS et Mannocci, F. (2017) Une étude prospective évaluant l’effet de la perte de la structure dentaire coronale sur le résultat du canal radiculaire retraitement Journal endodontique international, 50, 1143-1147. Ashraf, H., Milani, AS et Asadi, SS (2007) Évaluation du taux de réussite du retraitement non chirurgical à visite unique. Journal endodontique iranien, 2, 69-72. Barone, C., Dao, TT, Basrani, BB, Wang, N. et Friedman, S. (2010) Résultat du traitement en endodontie : l’étude de Toronto — phases 3, 4 et 5 : chirurgie apicale. Journal d’endodontie, 36, 28-35. Bergenholtz, G., Lekholm, U., Milthon, R., Heden, G., Odesjo, B. & Engström, B. (1979) Influence de la surinstrumentation apicale et du remplissage excessif sur les canaux radiculaires retraités. Journal d’endodontie, 5, 310-314. Caliskan, MK (2005) Retraitement non chirurgical des dents présentant des lésions périapicales préalablement gérées par une intervention endodontique ou chirurgicale. Chirurgie buccale Médecine buccale Pathologie buccale Radiologie buccale et endodontie, 100, 242-248. Dammaschke, T., Steven, D., Kaup, M. & Ott, KHR (2003) Survie à long terme des dents traitées par canal radiculaire : une étude rétrospective sur 10 ans. Journal d’endodontie, 29, 638-643. Danin, J., Stromberg, T., Forsgren, H., Linder, LE et Ramskold, LO (1996) Prise en charge clinique de la pathologie périradiculaire non cicatrisante. Chirurgie versus retraitement endodontique. Chirurgie buccale Médecine buccale, pathologie buccale, radiologie buccale et endodontie, 82, 213-217. Davies, A., Patel, S., Foschi, F., Andiappan, M., Mitchell, PJ et Mannocci, F. (2016) Détection des pathologies périapicales à l’aide de la radiographie périapicale numérique et du faisceau conique calculé 13652591, 2022, 8, Téléchargé depuis https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/iej.13758 par Ege University, Wiley Online Library le [28/07/2023]. Consultez les conditions générales (https://onlinelibrary.wiley.com/terms-and-conditions) sur la bibliothèque en ligne Wiley pour connaître les règles d’utilisation ; Les articles OA sont régis par la licence Creative Commons 842 | Tomographie de RETRAITEMENT CANALAIRE EN UNE OU DEUX VISITES dans les dents retraitées endodontiquement – partie 2 : un suivi d’un an après le traitement. Journal endodontique international, 49, 623-635. de Chevigny, C., Dao, TT, Basrani, BR, Marquis, V., Farzaneh, M., Abitbol, ​​​​S. et al. (2008) Résultats du traitement en endodontie : l’étude de Toronto — phases 3 et 4 : retraitement orthograde. Journal d’endodontie, 34, 131-137. Société européenne d’endodontologie. (2006) Lignes directrices de qualité pour le traitement endodontique : rapport de consensus de la Société européenne d’endodontologie. Journal endodontique international, 39, 921-930. Eyuboglu, TF, Olcay, K. & Ozcan, M. (2017) Une étude clinique sur le traitement canalaire en une seule visite sur 173 patients consécutifs : fréquence des complications périapicales et taux de réussite clinique. Enquêtes cliniques orales, 21, 1761-1768. Fariniuk, LF, Baratto-Filho, F., Guerisoli, DM, Barbizam, JV, Pécora, JD & Sousa-Neto, MD (2001) Capacité de modélisation des fichiers ENDOflash dans des canaux radiculaires simulés. Journal dentaire brésilien, 12, 39-42. Farzaneh, M., Abitbol, ​​​​S. et Friedman, S. (2004) Résultats du traitement en endodontie : l’étude de Toronto. Phases I et II : Retraitement orthograde. Journal d’endodontie, 30, 627-633. Friedman, S., Moshonov, J. et Trope, M. (1992) Efficacité de l’élimination du ciment verre ionomère, de l’oxyde de zinc eugénol et des scellants à base de résine époxy des canaux radiculaires retraités. Chirurgie buccale Médecine buccale Pathologie buccale, 73, 609-612. Friedman, S., Moshonov, J. et Trope, M. (1993) Résidu de guttapercha et d’un scellant à base de ciment verre ionomère après le retraitement du canal radiculaire. Journal endodontique international, 26, 169-172. Fukushima, H., Yamamoto, K., Hirohata, K., Sagawa, H., Leung, K.-P. & Walker, C. (1990) Localisation et identification des bactéries du canal radiculaire dans une pathologie périapicale cliniquement asymptomatique. Journal d’endodontie, 16, 534-538. Gomes, BP, Pinheiro, ET, Jacinto, RC, Ferraz, C. & Souza-Filho, F. (2008) Analyse microbienne des canaux de dents remplies de racines présentant des lésions périapicales par réaction en chaîne par polymérase. Journal d’endodontie, 34, 537-540. Gorni, FGM & Gagliani, MM (2004) Le résultat du retraitement endodontique : un suivi de 2 ans. Journal d’endodontie, 30, 1–4. He, J., White, RK, White, CA, Schweitzer, JL et Woodmansey, KF (2017) Résultats cliniques et centrés sur le patient du retraitement canalaire non chirurgical des premières molaires à l’aide de techniques contemporaines. Journal d’endodontie, 43, 231-237. Holden, DT, Schwartz, SA, Kirkpatrick, TC et Schindler, WG (2008) Résultats cliniques des barrières radiculaires artificielles avec agrégat de trioxyde minéral dans les dents aux apex immatures. Journal d’endodontie, 34, 812-817. Imura, N., Kato, AS, Hata, GI, Uemura, M., Toda, T. & Weine, F. (2000) Une comparaison de l’efficacité relative des techniques d’instrumentation à quatre mains et rotatives lors du retraitement endodontique. Journal endodontique international, 33, 361-366. Kang, M., Jung, HI, Song, M., Kim, SY, Kim, HC et Kim, E. (2015) Résultat du retraitement non chirurgical et de la microchirurgie endodontique : une méta-analyse. Enquêtes cliniques orales, 19, 569-582. Kvist, T. & Reit, C. (1999) Résultats du retraitement endodontique : une étude clinique randomisée comparant les procédures chirurgicales et non chirurgicales. Journal d’endodontie, 25, 814-817. Metska, ME, Parsa, A., Aartman, IH, Wesselink, PR & Ozok, AR (2013) Modifications volumétriques des radioclartés apicales des dents traitées endodontiquement évaluées par tomodensitométrie à faisceau conique 1 an après le retraitement orthograde. Journal d’endodontie, 39, 1504-1509. Miçooğullari Kurt, S. & Calıskan, MK (2018) Efficacité de la chlorhexidine comme irrigant final dans le traitement canalaire en une seule visite : une étude comparative prospective. Journal endodontique international, 51, 1069-1076. Molander, A., Warfvinge, J., Reit, C. & Kvist, T. (2007) Évaluation clinique et radiographique du traitement endodontique en une ou plusieurs visites des dents nécrotiques asymptomatiques avec parodontite apicale : un essai clinique randomisé. Journal d’endodontie, 33, 1145-1148. Nagendrababu, V., Duncan, HF, Fouad, AF, Kirkevang, LL, Parashos, P., Pigg, M. et al. (2020) Éléments de rapport préférés pour les lignes directrices des études observationnelles en endodontie (PROBE) : un protocole de développement. Journal endodontique international, 53, 1199-1203. Ng, YL, Mann, V. et Gulabivala, K. (2011) Une étude prospective des facteurs affectant les résultats du traitement canalaire non chirurgical : partie 1 : santé périapicale. Journal endodontique international, 44, 583-609. Olcay, K., Eyuboglu, TF et Ozcan, M. (2019) Résultats cliniques du retraitement canalaire non chirurgical à visites multiples : une étude de cohorte rétrospective. Odontologie, 107, 536-545. Ørstavik, D. (1996) Analyses de l’évolution temporelle et des risques du développement et de la guérison de la parodontite apicale chronique chez l’homme. Journal endodontique international, 29, 150-155. Ørstavik, D., Kerekes, K. & Eriksen, HM (1986) L’indice périapical : un système de notation pour l’évaluation radiographique de la parodontite apicale. Traumatologie dentaire, 2, 20-34. Paredes-Vieyra, J. et Enriquez, FJJ (2012) Taux de réussite du traitement canalaire en une seule visite ou en plusieurs visites des dents atteintes de parodontite apicale : un essai contrôlé randomisé. Journal d’endodontie, 38, 1164-1169. Peters, OA, Schönenberger, K. & Laib, A. (2001) Effets de quatre techniques de préparation Ni-Ti sur la géométrie du canal radiculaire évalués par microtomodensitométrie. Journal endodontique international, 34, 221-230. Peters, LB & Wesselink, PR (2002) Cicatrisation périapicale de dents traitées endodontiquement en une et deux visites obturées en présence ou en absence de micro-organismes détectables. Journal endodontique international, 35, 660-667. Ricucci, D., Siqueira, JF, Jr., Bate, AL et Pitt Ford, TR (2009) Enquête histologique sur les dents traitées par canal radiculaire avec parodontite apicale : une étude rétrospective menée auprès de vingt-quatre patients. Journal d’endodontie, 35, 493-502. Riis, A., Taschieri, S., Del Fabbro, M. & Kvist, T. (2018) Survie dentaire après retraitement endodontique chirurgical ou non chirurgical : suivi à long terme d’un essai clinique randomisé. Journal d’endodontie, 44, 1480-1486. Sakpal, TV (2010) Estimation de la taille de l’échantillon dans les essais cliniques. Perspectives en recherche clinique, 1, 67-69. Serefoglu, B., Miçooğulları Kurt, S., Kandemir Demirci, G., Kaval, ME & Çalışkan, MK (2021) Une étude de cohorte prospective évaluant les résultats du retraitement canalaire dans les premières molaires mandibulaires symptomatiques présentant des lésions périapicales. Journal endodontique international, 54, 2173-2183. Siqueira, J.F., Jr. (2001) Étiologie de l’échec du traitement canalaire : pourquoi des dents bien traitées peuvent échouer. Journal endodontique international, 34, 1–10. 13652591, 2022, 8, téléchargé depuis https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/iej.13758 par Ege University, Wiley Online Library le [28/07/2023]. Consultez les conditions générales (https://onlinelibrary.wiley.com/terms-and-conditions) sur la bibliothèque en ligne Wiley pour connaître les règles d’utilisation ; Les articles OA sont régis par la licence Creative Commons applicable | KARAOĞLAN et al. 843 Siqueira, J.F., Jr. & Rôcas, IN (2008) Implications cliniques et microbiologie de la persistance bactérienne après procédures de traitement. Journal d’endodontie, 34, 1291-1301. Siqueira, J.F., Jr. & Rôças, IN (2011) Optimiser la désinfection en une seule visite avec des approches supplémentaires : une quête de prévisibilité. Journal endodontique australien, 37, 92-98. Sjögren, U., Hägglund, B., Sundqvist, G. & Wing, K. (1990) Facteurs affectant les résultats à long terme du traitement endodontique. Journal d’endodontie, 16, 498-504. Su, Y., Wang, C. et Ye, L. (2011) Taux de guérison et douleur post-obturation lors d’un traitement endodontique à visite unique ou multiple pour les canaux radiculaires infectés : une revue systématique. Journal d’endodontie, 37, 125-132. Sundqvist G (1976) Études bactériologiques des pulpes dentaires nécrotiques (Thèse de doctorat). Umeå, Suède : Université d’Umeå. Sundqvist, G., Figdor, D., Persson, S. & Sjögren, U. (1998) Analyse microbiologique des dents ayant subi un échec de traitement endodontique et résultats d’un retraitement conservateur. Chirurgie buccale Médecine buccale Pathologie buccale Radiologie buccale et endodontologie, 85, 86–93. Teplitsky, PE, Rayner, D., Chin, I. et Markowsky, R. (1992) Enlèvement de gutta percha à l’aide d’instruments GPX. Journal de l’Association dentaire canadienne, 58, 53-58. Topcuoglu, HS & Topcuoglu, G. (2017) Douleur postopératoire après le retrait du matériau d’obturation canalaire à l’aide de différentes techniques sur les dents dont le traitement canalaire a échoué : un essai clinique randomisé. Acta Odontologica Scandinavica, 75, 249-254. Torabinejad, M., Corr, R., Handysides, R. et Shabahang, S. (2009) Résultats du traitement non chirurgical et de la chirurgie endodontique : une revue systématique. Journal d’endodontie, 35, 930-937. Wu, MK & Wesselink, PR (2005) Rapidité et efficacité dans la prise en charge chirurgicale de la pathose périapicale persistante après traitement. Thèmes endodontiques, 11, 25-31. Zamany, A., Safavi, K. & Spångberg, LS (2003) L’effet de la chlorhexidine comme désinfectant endodontique. Chirurgie buccale Médecine buccale Pathologie buccale Radiologie buccale et endodontie, 96, 578-581. Zandi, H., Petronijevic, N., Mdala, I., Kristoffersen, AK, Enersen, M. et Ørstavik, D. (2019) Résultat du retraitement endodontique à l’aide de 2 irrigants canalaires et influence de l’infection sur la cicatrisation, déterminé par un méthode moléculaire : un essai clinique randomisé. Journal d’endodontie, 45, 1089-1098. Zehnder, M. (2006) Irrigants canalaires. Journal d’endodontie, 32, 389-398. Zhang, MM, Fang, GF, Chen, XT et Liang, YH (2021) Résultats sur quatre ans du retraitement canalaire non chirurgical à l’aide de tomodensitométrie à faisceau conique : une étude de cohorte prospective. Journal d’endodontie, 47, 382-390. Comment citer cet article : Karaoğlan, F., Miçooğulları Kurt, S. & Çalışkan, MK (2022) Résultat du retraitement canalaire en une ou deux visites dans les dents présentant des lésions périapicales : un essai clinique randomisé. Journal endodontique international, 55, 833-843.

0
mutlu
Content
0
_zg_n
Triste
0
sinirli
Fâché
0
_a_rm_
Étonné
0
vir_sl_
Infecté
Résultat du retraitement canalaire en une ou deux visites pour les dents présentant des lésions périapicales : un essai clinique randomisé

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter entièrement gratuitement

Ne manquez pas l'occasion d'être informé des nouvelles actualités et évitez dès maintenant votre abonnement gratuit par e-mail.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous

Pour profiter des privilèges de Z Santé.fr - infos sur la santé, connectez-vous ou créez un compte dès maintenant, c'est entièrement gratuit !