Téléphones intelligents, gens intelligents

74087E61 BD46 4F46 AEE5 77653E448C42
service
Partager

Partager cet article

ou copier le lien

Récemment, j’étais au concert de Yasmin LEVY, une des chanteuses populaires. J’ai décidé d’écrire cet article face à une scène qui m’a glacé le sang pendant le concert ou peut-être que je n’arrivais pas à me décider entre rire ou pleurer. Quel était le paysage ? C’était le comportement d’un groupe d’environ 30 personnes assises indépendamment dans la salle de concert, où il y avait près de 1000 personnes, loin de la conscience, et en fait complètement dénué de sens et même loin de la courtoisie. C’est ce comportement dans notre sujet que j’ai déjà décidé d’écrire cet article.

En effet, ce comportement, qui concerne aussi la loi sur la protection des oeuvres intellectuelles et artistiques ; il s’agissait d’enregistrer l’intégralité de l’émission, sans exagération, via des soi-disant smartphones et tablettes. Vous pouvez dire : « Qu’est-ce qu’il y a maintenant, après que l’artiste vous a permis de faire ça », et vous pouvez même dire : « Qu’est-ce qu’il y a, je fais ça aussi ».

La question dont je parle ici n’est pas la copie et, pour ainsi dire, le vol d’idées et d’œuvres d’art avec des appareils d’enregistrement vidéo. Même l’ignorance à ce sujet n’est pas du tout. Vous direz peut-être que c’est exagéré, mais je pense que l’enregistrement d’un concert entier avec des téléphones portables ou d’autres appareils numériques est avant tout un cas de mauvaises manières, mais comme je l’ai dit, ce n’est pas le problème principal…

Le fait est que; nous avons fait toutes nos communications, impressions, observations et interactions derrière et devant des écrans LCD de quelques centimètres d’appareils dits intelligents. Nous n’avons aucun moyen de communiquer sans regarder devant ou derrière une tablette ou un soi-disant smartphone. Au lieu de regarder l’émission en direct, nous pouvons survoler un soi-disant appareil intelligent pendant un concert de 2 heures pour intégrer la nécessité sur les sites de médias sociaux controversés et obtenir des likes.

En fait, à ce stade, je pense que l’appareil doit être plus intelligent que nous. Quoi qu’il en soit, permettez-moi de poursuivre mon discours; ou nous regardons les endroits où nous allons lors de nos voyages touristiques à l’arrière d’un appareil numérique.

Partager? Vous rendez-vous compte à quel point ce mot a perdu son sens ? Qu’est-ce que c’était que de partager ; Comment partagions-nous cette vie avant instagram, twitter, facebook et bien d’autres copies et versions ? Qu’est-ce qu’on faisait pour partager cette vie, tu te souviens ?

Ou, en lisant ces lignes, pensez-vous “c’est un psychologue de 40 ans” qui parle de choses dépassées ? Bien que, dans un environnement où ceux qui veulent dire ce qu’ils veulent avec une grande insouciance à travers les réseaux sociaux, je suppose que cela ne me semble pas très étrange non plus…

Comment partagions-nous cette vie avant d’asservir nos âmes à des appareils mobiles mais douteux ? Frapperions-nous à la porte de l’autre, par exemple, ou sortirions-nous prendre un café avec un ami à la maison ou au travail ? Ou, je ne sais pas, utiliserions-nous ce qu’on appelle un téléphone pour entendre la voix de notre bien-aimé, autrement qu’en utilisant des abréviations dénuées de sens comme « mrb, nbr » ? quelqu’un se souvient-il? Ou prendrions-nous les meilleures images avec nos 36 caméras d’exposition lors d’un concert ou d’un voyage, nous sommes allés encore plus loin, et profiter du voyage ou de l’activité lorsque nous voyons des choses qui valent la peine d’appuyer sur le déclencheur ?

Je pense me souvenir de telles choses, pensez-vous qu’une vie techno où l’âme et l’être humain sont encore au premier plan est une utopie, où utiliser la technologie n’est pas en être l’esclave ? Ou aurons-nous bientôt des cerveaux travaillant en tandem avec des logiciels informatiques, comme l’ont rejoint des technopsychologues qui étudient la technologie et les relations humaines comme moi, et serons-nous incapables de faire quoi que ce soit sans eux ?

Il y a quelques années, quand j’ai dit lors d’une réunion d’amis que “la nouvelle génération ne pourra même pas trouver des toilettes en ville sans Google”, on m’a dit que j’étais un rêveur et j’ai même reçu une réaction considérable. Je regarde ces jours-ci, je ne me trompe pas du tout, ne sommes-nous pas face à une génération qui ne peut pas se repérer sans applications de navigation ?

Pour faire court, nous sommes devenus technologiques, mais pas technologiques. La partie logique du travail est loin derrière. Il utilise la technologie dans une redondance irrationnelle et nous ne pouvons pas nous en passer. Je discute constamment des dommages qu’ils causent à l’amour, aux relations et même à la vie de famille dans mes écrits. Il semble que j’écrirai probablement plus dans mon nouveau livre également. Comme je le dis toujours… Restez en sécurité et bien…

BIEN À VOUS…

Dr Psychologue Murat SARISOY

0
mutlu
Content
0
_zg_n
Triste
0
sinirli
Fâché
0
_a_rm_
Étonné
0
vir_sl_
Infecté
Téléphones intelligents, gens intelligents

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter entièrement gratuitement

Ne manquez pas l'occasion d'être informé des nouvelles actualités et évitez dès maintenant votre abonnement gratuit par e-mail.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous

Pour profiter des privilèges de Z Santé.fr - infos sur la santé, connectez-vous ou créez un compte dès maintenant, c'est entièrement gratuit !