Vie sexuelle pendant la grossesse et la puerpéralité

74087E61 BD46 4F46 AEE5 77653E448C42
service
Partager

Partager cet article

ou copier le lien

La vie sexuelle pendant la grossesse est une situation que ni les enfants enceintes ne peuvent demander ni les médecins ne jugent nécessaires de fournir des informations. C’est comme si c’était une honte de penser à la sexualité quand on est candidat à un rôle sacré comme la parentalité. Étant donné que l’activité sexuelle chez l’homme n’est pas gérée par des hormones comme les autres êtres vivants et n’est pas uniquement destinée à la reproduction, elle peut se poursuivre pendant la grossesse. Dans notre pays, puisqu’il existe une fausse croyance selon laquelle les rapports sexuels pendant la grossesse nuiront au bébé et provoqueront un avortement, il n’est souvent même pas bienvenu d’y penser.

Dans les cas où la grossesse ne pose pas de problème et qu’il n’y a pas de risque réel de fausse couche (ce qui est assez rare), la sexualité ne nuit en rien à la mère et au bébé.Il existe même des études montrant que l’hormone du bonheur sécrétée à la suite de la le sentiment de bien-être de la femme après un rapport sexuel contribue positivement au développement du bébé. Deux choses sont à noter ici : La grossesse est suivie par un médecin et la femme décide du moment des rapports sexuels et de la manière dont ils se déroulent.

Une autre question importante est de savoir à quel stade de la grossesse se trouve la future mère. Il peut y avoir des différences dans la vie sexuelle selon le mois ou le stade de la grossesse. Bien qu’il puisse y avoir des difficultés liées aux hormones telles que nausées, vomissements et fatigue dans les premières règles, des difficultés sont rencontrées en raison des changements physiques et du poids vers la dernière période.

Ceux-ci peuvent être surmontés grâce à la compréhension mutuelle et à la tolérance. Cependant, à partir du septième mois de grossesse, les rapports sexuels doivent être interrompus au cas où, et les touchers doux et tendres doivent être privilégiés. Ici, il convient de souligner que la sexualité ne concerne pas seulement les rapports sexuels, tout contact, câlin et baiser qui n’est pas lié aux rapports sexuels est également sexuel et agréable.

La période de récupération de la femme, qui commence juste après la naissance, s’appelle la puerpéralité. Les préjugés spécifiques à la grossesse perdurent ici aussi. Pendant le mariage, la grossesse et la période post-partum post-partum sont comme le test du mariage, et il n’est pas toujours facile pour la vie sexuelle de revenir à la normale, et parfois cela peut prendre beaucoup plus de temps que prévu. Bien que le délai de retour à une vie sexuelle normale varie d’une société à l’autre, d’une culture à l’autre, le délai moyen dans notre pays est de quarante jours. Cette période est importante pour la récupération physiologique (arrêt des saignements, cicatrisation des points de suture) et psychologique de la femme et son adaptation à la maternité. En fait, ce dont la mère a le plus besoin pendant cette période, c’est l’attention, l’amour et le soutien de son mari. Cependant, la plupart du temps, le mari prend ses distances avec sa femme et pense qu’il est serviable et compréhensif lorsqu’il ne lui demande pas de relations sexuelles.

Ce serait une approche erronée de considérer la sexualité comme un besoin physique consistant uniquement en des rapports sexuels après la naissance comme pendant la grossesse. Pendant les rapports sexuels, les hommes et les femmes s’intègrent à leur autre moitié, se sentent précieux, spéciaux et acceptés, éprouvent une relaxation physique et spirituelle en se laissant avec la confiance de leur identité sexuelle et de l’approbation de leur corps, et confirment qu’ils aiment et sont aimés. Les femmes qui n’ont pas de problèmes de désir sexuel avant la grossesse peuvent ressentir une sécheresse vaginale et des douleurs pendant les rapports sexuels en raison des changements hormonaux après la naissance.

Ce problème peut être facilement surmonté avec des crèmes lubrifiantes. Une autre raison de la réticence sexuelle pendant la puerpéralité est d’être considérée comme impure sur le plan religieux après un rapport sexuel et d’avoir des difficultés à faire ses ablutions. Des études montrent que les couples qui avaient une vie sexuelle normale et satisfaisante avant la grossesse retrouvent leur vie sexuelle antérieure après environ 12 semaines lorsque la mère allaite. Je vous rappelle que l’allaitement ne protège pas complètement d’une grossesse, même si le risque est moindre. L’un des défis spécifiques à la puerpéralité est la dépression post-partum. La durée de cette période, qui se caractérise par des symptômes tels que fluctuations émotionnelles, irritabilité, pleurs faciles et troubles du sommeil, peut être courte ou longue et permanente selon les attitudes et les comportements du conjoint et de l’environnement. Vous devez être compréhensif et patient et le soutien ne doit pas être refusé.

Étant donné que la grossesse et la puerpéralité perturbent les désirs et les désirs sexuels, les époux s’aliènent et s’aliènent l’un l’autre lorsqu’ils ont le plus besoin l’un de l’autre, et ils usent leur mariage de colère et de ressentiment causés par des malentendus. Dans cette période, les besoins et les attentes des femmes et des hommes sont assez différents. Les femmes ont tendance à rester à l’écart du sexe et ont besoin de plus d’attention et d’affection du fait que l’instinct maternel passe au premier plan, les besoins du bébé deviennent une priorité et c’est fatiguant.Les hommes, en revanche, sont secrètement jaloux de la diminution de l’attention et de l’amour qu’ils ont l’habitude de recevoir de leur conjoint, et le fait qu’ils se tournent vers quelqu’un d’autre, même s’il s’agit de leurs propres enfants, ils se sentent impuissants, exclus et sans valeur face à un nouveau rival.

Pour les hommes, satisfaire leurs désirs sexuels est presque comme la preuve qu’ils sont toujours valorisés et aimés, et ils peuvent devenir en colère et blessants lorsqu’ils sont rejetés. En fait, ces sentiments négatifs sont liés à l’incapacité de s’adapter aux changements qui surviennent avec le bébé, et non contre le conjoint. Là encore, il faut redéfinir ce qu’il faut entendre par sexualité. Tout ce qui est vécu dans certaines conditions d’intimité entre deux personnes et qui procure une certaine satisfaction est un rapport sexuel. Nous pouvons tout inclure, du massage érotique à la masturbation mutuelle et divers fantasmes. Le point le plus important est que tout peut être dit sans crainte d’être jugé ou accusé, et que les souhaits et les désirs peuvent être exprimés sans crainte.

Toutes les formes de coercition doivent être évitées et aucune demande ne doit être exigée sans le consentement des deux parties. Les statistiques montrent que le plus grand nombre d’affaires extraconjugales chez les hommes se produisent au cours de cette période en raison de la diminution des liens émotionnels et physiques pendant la longue grossesse et la puerpéralité.

Avec la naissance des enfants, l’attention des couples se tourne soudainement vers l’enfant, plaçant leurs enfants au centre de leur vie conjugale, et mettant leurs identités masculines et féminines en arrière-plan peut causer des problèmes sexuels. Vivre des nuits blanches avec le bébé, devoir s’occuper fréquemment du bébé, perturber la vie de famille, déclencher des problèmes esthétiques, supprimer des conflits spirituels et sacrifier la maternité à la féminité peut entraîner une réticence sexuelle chez les couples post-partum. En fait, cette situation est temporaire. Cependant, la plupart des couples ne savent pas comment régler cette situation temporaire ou se sentent coupables de penser qu’ils seront injustes envers leurs enfants lorsqu’ils essaieront de la changer. Être parent est très important et sacré; mais être en couple c’est plus sacré.

Si le mari et la femme ne sont pas heureux en tant qu’homme et femme, ils sont moins capables de donner à leurs enfants. Le fait que le couple sorte l’enfant du centre de la vie et centre sa propre vie n’est pas une erreur commise contre l’enfant, au contraire, c’est l’un des comportements les plus corrects. Pour cette raison, on peut conseiller aux couples qui viennent d’avoir un enfant de se rappeler les rôles des hommes et des femmes, d’établir une communication ouverte où vos besoins mutuels sont partagés, et d’augmenter leur partage en allouant du temps l’un à l’autre sauf le temps périodes passées avec l’enfant. Confiance, amour, respect, toucher, parler, être compris et compris, être aimé, etc. Il ne faut pas oublier que c’est un ensemble d’émotions. Lorsque l’enfant est retiré du centre de la vie et que les époux reviennent l’un à l’autre, la vie sexuelle s’améliorera spontanément. Si cela ne peut se faire seul, il ne faut pas hésiter à demander l’aide d’un sexologue.

0
mutlu
Content
0
_zg_n
Triste
0
sinirli
Fâché
0
_a_rm_
Étonné
0
vir_sl_
Infecté
Vie sexuelle pendant la grossesse et la puerpéralité

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter entièrement gratuitement

Ne manquez pas l'occasion d'être informé des nouvelles actualités et évitez dès maintenant votre abonnement gratuit par e-mail.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous

Pour profiter des privilèges de Z Santé.fr - infos sur la santé, connectez-vous ou créez un compte dès maintenant, c'est entièrement gratuit !