Sommes-nous le tueur des sentiments des autres ou de nos émotions ?

74087E61 BD46 4F46 AEE5 77653E448C42
service
Partager

Partager cet article

ou copier le lien

Nous traversons des périodes telles que nous pensons que le monde entier se rapproche de nous, nous nous ennuyons et nous sommes dépassés, et nous voulons partager nos problèmes et nous détendre avec nos proches, en espérant que le processus sera plus facile pour nous.
Nous ressentons la douleur des coups que nous subissons de la part de nos proches au plus profond de notre cœur.
Puis un flot de pensées nous submerge
En effet, combien avons-nous consommé d’affection, d’amour, de respect, de patience, de temps, d’avidité, de sérénité, qui est grand et qui est petit…
Où nous comprendront-ils lorsque nous vous regarderons dans les yeux ? Où comprendront-ils votre problème en regardant votre apparence ?
Où sont ceux qui nous connaissent de la prunelle de nos yeux…
Où sont ceux qui vous trouveront dans le silence et donneront voix à votre voix ?
De telles histoires se répandent que maintenant vous ressentez la douleur de votre cœur, vous voulez être une voix pour les cris et les soupirs dans le silence….
Et c’est ainsi qu’il faut écrire, oh mon Dieu, au nom de la conscience !….
Il a traversé l’épreuve la plus dure parce qu’il voulait du sang et de la vie.
De retour au foyer des cœurs déchirés les uns des autres, des dizaines de vies furent forcées de se replier sur elles-mêmes parmi la pluie de cendres où les cendres étaient dispersées dans l’air et où personne ne pouvait voir personne…
Combien de personnes dans ce monde se connaissent elles-mêmes pour pouvoir prétendre connaître l’autre ?

Celui qui découvre son propre cœur, s’aime et valorise ce qu’il fait pour lui-même…
Se demander d’où il vient, où il est, où il va…
Nos proches qui savent que nous sommes en voyage, prient-ils pour votre voyage ou prient-ils pour que vous restiez sur la route ?…
Que se passe-t-il qui ne nous suffit pas ?
À quand remonte la dernière fois que nous avons regardé une mer, à quand remonte la dernière fois que nous avons erré autour du quai de nos cœurs et écouté la voix dans le silence, rafraîchi nos souvenirs, peut-être pris une profonde inspiration et dit, oh, c’étaient les jours…
Une fois par an, lors d’une promenade en forêt, on s’allonge sous un arbre, on met ses proches sous les bras, on ferme les yeux, on respire le parfum parfumé des pins, on sent le battement d’ailes des oiseaux, le bourdonnement d’une abeille, un papillon qui flotte autour de nous, et soyez reconnaissants de savoir que nous trouvons la vie dans chaque respiration que nous prenons…
Celui qui nous rend heureux. Une âme qui ne peut pas s’entendre peut-elle entendre l’autre ?
Une personne qui ne peut pas se reconnaître peut-elle reconnaître quelqu’un d’autre ?
Ceux qui ne connaissent pas leurs propres problèmes et pensent que verser des larmes est un signe de faiblesse peuvent-ils comprendre ce qu’est la fontaine de miséricorde ?
Une personne connaît sa valeur par elle-même, ô âme, par elle-même !..
Une personne qui ne se connaît pas est soit un meurtrier des sentiments des autres, soit un meurtrier de ses propres sentiments.

Des chaînes numériques ont été placées sur les mains, les langues et, plus important encore, les cœurs.
Ceux qui ne regardent pas autant le visage de leurs proches que leur téléphone portable, ceux qui ne savent pas ou ne comprennent pas ce qu’ils font, s’intéressent à ce qu’ils font.
Eh bien, du coup, ceux qui ne se fatiguent pas le cœur à te comprendre, ceux qui ne connaissent rien à la conversation et ne se souviennent pas de ta situation, se fatiguent-ils à essayer de te comprendre, ma chère !
Si la cage de ton cœur est brisée
Si ton cœur crie et hurle
Et si sa voix n’est pas censée être entendue
Si votre existence a été ignorée, ou si elle n’a jamais existé, elle est dans le cœur de ceux que vous pensez exister.
Si ce que vous dites commence à ressembler à une cérémonie classique, s’il a perdu son sens, souvenez-vous de tous les beaux souvenirs que vous avez eus dans le passé.
Et si elle ne résonne pas, c’est que tu ne sais plus vers quelle montagne la voix appelle. Il faut savoir abandonner, mon âme !
Savoir abandonner est l’une des plus grandes vertus et c’est le meilleur moment pour l’enseigner.

Si chaque beau moment que tu as vécu dans le passé a perdu son sens,
Et si elle ne résonne pas, on ne se rend plus compte à quelle montagne la voix appelle.
Il faut savoir abandonner, mon âme !
Savoir abandonner est l’une des plus grandes vertus et c’est le meilleur moment pour l’enseigner.
N’oublie pas ton Seigneur qui dit que je suis assez là où tu dis que j’ai fini !
Recherchez le bénéfice pour que votre existence ait un sens
Voyez les miracles créés, tirez-en une leçon, laissez-les être une lumière sur votre chemin
La route change
Choisissez votre cause pour que les chemins que vous suivez vous mèneront à votre destination. Si vous savez ce que vous voulez, tous les chemins seront les vôtres, bien sûr le chemin sera le vôtre.
Si vous savez pourquoi vous marchez, si vous rencontrez des rochers durs, si des tas de terre se transforment en avalanches et pleuvent sur vous, si les montagnes se dressent contre vous et ne vous laissent pas passer,
Si tu es fidèle au propriétaire du chemin, si tu t’es rendu, n’aie pas peur, mon âme !
Non pas une mais mille routes seront ouvertes.
Soyez un voyageur sur votre propre chemin !
Ne faites pas attention à ce que disent les oppresseurs, qui parlent avec leur âme et non avec leur cœur.
Quand l’aide vient de ton Seigneur, les portes de Rahman sont ouvertes
Des pluies de miséricorde se dispersent dans toutes les directions
Ceux dont le cœur est obscurci ne peuvent pas comprendre où passe la route et par qui passe le voyageur….

Peu importe où vous êtes ou ce que vous êtes
Tu continues de trouver une place dans nos cœurs
Atteignez avec amour les cœurs dont les cœurs sont scellés d’amour
Qui sait quels projets votre Seigneur a faits pour vous dans votre voyage de vie ?
Quels espaces couverts auraient dû être fermés, quelles portes seront ouvertes ?
Ou bien les portes que vous pensiez ouvertes étaient-elles toujours fermées, mais n’y avait-il personne pour comprendre la sagesse ?
Il n’y a aucun doute sur sa sagesse, abandonnez-vous au propriétaire de la sagesse !…

0
mutlu
Content
0
_zg_n
Triste
0
sinirli
Fâché
0
_a_rm_
Étonné
0
vir_sl_
Infecté
Sommes-nous le tueur des sentiments des autres ou de nos émotions ?

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter entièrement gratuitement

Ne manquez pas l'occasion d'être informé des nouvelles actualités et évitez dès maintenant votre abonnement gratuit par e-mail.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connectez-vous

Pour profiter des privilèges de Z Santé.fr - infos sur la santé, connectez-vous ou créez un compte dès maintenant, c'est entièrement gratuit !